Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
after death

afterdeath chap2 entier

10 Février 2014 , Rédigé par aphilo90 Publié dans #livre

Chapitre 2 : Une vie simple

La journée s’achevait petit à petit , je quittais le lycée en compagnie de Samuel et de Sophie , nous descendîmes les escaliers qui nous faisait face pour arriver au hall d’entrée de l’établissement , tout le monde se reconnaissait dans ce tumulte , il était la lui aussi le grand José , il nous fixait , il était adossé à son piètre casier , il était avec trois de ses sous fifres , qui le suivait comme un dieu , on ne pouvait ne pas les reconnaitre , il étaient tous grands et musclés , ils agressaient les plus faibles du bahut mais nous on était avec Samuel. Pendant que tout le monde nous fixait , je ne pouvais m’empêcher de penser au cour qui venait de finir tantôt , et à mademoiselle Namji , ce qui m’empêchait de penser à ma frustration première qui était de plus en plus grandissante , j étais intimidé , non pas par les gens mais leurs pensée , je sais qu’ ils espèrent un échec de ma part , qu’ ils me prédisent une perdition prochaine , une chute et une décadence , dans le plus sombre des gouffres , pour qu’ ils puissent ainsi en tirer une satisfaction personnelle , penser s’élever , avoir le sentiment d’être supérieur et pour ainsi dompter leurs sentiment d’infériorité , ils font tous pitié.

Apres quelques instants nous parvenons , à l’étroite couloire qui aboutit à la rue , les vents fouillant , annonçant l’arrivée de l’hiver sifflaient en rafales , on frémissait à chaque instant que ca nous effleurait , je tremblait de froid derrière mon blouson il ne me préservait pas assez , je l’avais eu d’occasion , et nous marchâmes le long de la rue , Samuel habite à coté dans un petit appartement de quatre chambres ou il habite avec ses tuteurs .la maison de Samuel est située dans un quartier commerçant , on y voit de tout des grossiste ou des détaillants , ses parents tiennent un restaurant juste en face de chez eux ce qui est pratique , ils ont une vie tranquille , loin de tout les chamboulements de la société et de la misère qui guette.

Apres avoir passer quelques carrefours, nous arrivons chez lui, c’ est un bâtiment assez vétuste , de deux étages , quatre fenêtres faisant face à la rue , indiquant surement quatre pièces et le restaurant est juste en face.

  • On va manger ? suggéra t il
  • Oui pourquoi pas, indiqua Sophie , en moi j’ai juste hoché la tète comme signe d’approbation , mais j’étais vraiment affamé , le petit déjeuné que j’avais pris avec Amy avait cessé de faire effet depuis longtemps , je ne voulais pas montrer ma faiblesse aux autres , le fait que j’aie juste partagé un bol de céréale avec ma sœur le matin , et que cela fait six heures que je n’ai rien avalé.
  • Samuel ! c’est son père qui lui parle , il est gros et gras , des moustaches qui sont recourbés à l’extrémité , de petits yeux ronds cachés par la rondeur de ses joues ,un sourire facile et un menton séparé , des lèvres épaisses , il porte un ensemble blanc et une serviette toute tachée qui plombe son immense bide et il portait un torchon qui lui servait de chapeau.
  • Viens m’aider ! ajouta t il
  • Je suis avec mes amis papa ! répondit il
  • C’est pas grave on a trop de client aujourd’hui !s ‘exclama madame Cooper en passant prés de nous avec des assiettes à la main
  • Bonsoir madame dis-je poliment
  • Oui Edward ! comment va ta mère ? me demanda t elle
  • Elle va bien, je peux vous aider si vous le voulez
  • Non ca ira Edward , prenez place plutôt vous devez avoir faim , je vous sers tout de suite .A ces mots , toute autre idée s’évanouissait , disparaissait , je ne pensais qu’ à ca , ca restait la fixée, comme si je n’attendais que ca , qu’ on m’invite à manger , la faim faisait grogner mon ventre , je bavais devant les plats servis sans m’ apercevoir , j’essayais en vain de retenir ca mais madame COOPER s’en évidemment aperçus et ce qui m’irritait encore plus .Je ne supportais pas recevoir de la charité mais c’était le cas , je n’ avais pas un sous en poche , elle voyait quelqu’ un d’affamé avec son fils , et elle ne voulais pas que ca ternisse l’image de son enfant , je refusais l’ idée qu’ elle ait pu faire ca par un simple geste de bonté , sinon elle allait le faire pour tout les mendiants de cette rue, elle allait organiser un festin pour toute personne dans le besoin , la ce serait un geste de bonté , et je serais d’autant plus apte à recevoir sa charité , mais maintenant c’est par pitié qu’elle m’aide , je n’ai pas le choix hélas je dois penser à mon ventre et non pas à mon statut .Sophie était devant assise, une table nous séparait , je l’observais , la lumière émanant d’une fenêtre sur le coté du siège qui la devançait , irradiait son visage rayonnant , j’en contemplais la pâleur ,elle avait l’aire fatiguée, mais souriante , et zen , ses cheveux noires tout décrépis etaient attachés en arrière , ses sourcils n’etaient pas concis ,ses yeux grands s’illuminaient à chaque mots qu’elle prononçait , scintillant comme du verre , on pouvait y voir son reflet, de son regard on en distinguait la pureté de ses sentiments , la sincérité de ses dires , et l’innocence de sa personnalité , elle portait des verres soutenue par une monture en plastique de couleur bleue foncée qui se déposaient sur son nez un peu grossier , ses joues etaient énormes disproportionnées et gracieuses , son sourire s’affichait parmi ses fossettes ce qui sublimait son visage , charmant les chanceux qui pouvait la voir , extasiant celui à qui elle l’offre , on ne pouvait qu’être de bonne humeur en sa compagnie , j’en oubliais mes petits soucis ,je ne savais pas comment mais je me sentais bien avec elle , son coup appâté dont les paroles faisaient secouer sa graisse disposée en masse superposés , une croix argentée s’en extirpait se longeant dans le plis de sa poitrine retenue par un t-shirt débordée par ses seins imposant , elle portait un gilet en coton noir surmontée par un manteau en cuire , elle avait les mains sur la table parmi les ornements qui etaient disposés la , tout son corps vibrait quand elle parlait … .
  • Vous voila servis, bon appétit mes petits ! dit madame COOPER , elle déposa un sandwich aux œufs accompagné de frites , tout mon corps se mettait en émoi , j’arracha le ketchup sur la table pour le mettre sur mon plat.
  • Bon appétit Ed ! me dit-elle poliment
  • Bon appétit à toi aussi , fait attention c’est gras !riais je
  • Tu es incorrigible ! répond t elle
  • Non je pense à ton régime .
  • tu es hilarant Ed !ironisa t elle en feintant un sourire
  • je pensais que tu faisais encore ton régime , et moi qui pensais a toi
  • C’est vrai tu pense a moi , elle s’extasiait me regardant avec ses grand yeux
  • Bien sur pourquoi pas , tu es une amie non !
  • Ok, une amie rien que ca
  • On peut être plus si tu veux
  • Qu’ est ce que tu veux dire Ed ? m’interrogea t’elle en posant ses mains sur la table
  • Je veux dire qu’on pourrait être plus que des amis
  • Comme quoi ?s’ interrogea t elle encore
  • Comme des meilleurs amis ! dis-je en riant
  • Ha haha c’est très drôle ! ironisa t elle
  • Tu voulais que je dise quoi ?
  • Je pensais que tu allais dire quelque chose qui serait significatif pour nous
  • Tu veux dire significatif dans la relation que nous partageons?
  • Oui
  • Dans quel sens ? en bien j’espère. dis-je en souriant
  • Bien sur, on allait vivre quelque chose d’unique
  • Comme ces series ridicules a la télé
  • Tu es vraiment hilarant, tu ferais bien un clown dans un cirque
  • Hey et c’ est toi qui me traite d’hilarant . plaisantais je , je riais avec elle , je savais qu’elle avait des sentiments profonds pour moi , mais ce n’était pas réciproque , j’avais quelqu’ un d’autre dans mon cœur , ca signifiait beaucoup pour moi , je ne suis pas un séducteur qui séduit de droite a gauche je ne suis pas lâche non plus , loin de ca je ne veux pas lui faire du mal , c’est rare de nos jours de trouver quelqu ‘un de bien ,
  • Alors vous êtes bien servis. dit Samuel en servant la table d’à coté
  • Oui ca va, merci .remerciais je
  • La serviette te va bien .remarqua Sophie
  • je te l’offre si tu veux .répond Samuel en riant
  • non non ca va , c’étais juste une remarque riposta t elle
  • je vous sers à boire ? nous demanda t il
  • oui avec plaisir. s’exclama Sophie
  • vous voulez quoi ?
  • un soda pour moi .s ‘écria Sophie
  • de l’eau ca ira pour moi . commandais je
  • ok !a tout de suite ! s’écria t il
  • pourquoi tu fais cette tète ?me demanda t elle
  • tu parle de quoi ? répondis je effaré
  • je parle de la tète que tu fais maintenant, tu as l’air ailleurs !
  • je pensais a rien
  • ca m étonnerai
  • alors dit le moi puisque t’en sais autant
  • si je le savais , j’allais pas te le demander
  • parlant d’un autre sujet si tu veux juste parler
  • d’accord tu veux parler de quoi ?
  • de toi, de ta famille, le lycée , de tout ce que tu veux , je t’écoute
  • parlant de ta relation avec Naomi
  • relation ? il n’ y ‘a rien entre nous !
  • alors quand est ce que tu compte lui déclarer ta flamme
  • déclarer une flamme ? les arlequins t’ont bousille le cerveau
  • si tu veux ! alors tu va lui dire ?
  • non !
  • pourquoi ?
  • je ne le sais pas, je ne veux pas essayer
  • si tu l’aime, dis lui et peut être qu’ elle acceptera
  • non Sophie , je n ai pas la tète a ca pour l instant
  • voila vos boissons !annonça Samuel
  • tu finis quand ?demanda Sophie
  • non je reste ici !répond t il
  • je pensais que tu allais partir avec nous .s ‘attrista t’elle mimant la peine et affichant un paraitre chagriné
  • non tu vois le monde qu’ il y a Sophie , je ne peux pas partir
  • t en fais pas je suis avec Ed !affirma t elle , en déposant la paume de sa main sur la mienne , elle était froide , elle venait tout juste de la retirer du soda qu’ elle sirotait le dos tourné vers Samuel.
  • D’accort faite vite, vous allez raté le bus de 19heures, et faites attention sur le chemin
  • Ok !acquiesça Sophie d’un grand sourire , il s’inquiétait pour nous , se montrait protecteur envers nous , ca plaisait peut être a Sophie qui est une fille qui a une vie détruite par le divorce de ses parents , elle qui est l’ainé d’une famille de quatre enfant , et se donne corps et âme dans ces études afin de subvenir aux besoins de sa famille , ca comble peut être son sentiment d’insécurité mais ceci me déplait , il a ce truc , ce charisme qui s’en émane , en s’inquiétant pour tout le monde pour un rien , en prenant soin des gens qui l’entoure , a sa place je lui donnerais pas autant d’ attention qu’ il a pour moi , il a tendance a me ridiculiser , a me déviriliser , a révéler mon impuissance , ma mollesse et surtout ma vulnérabilité devant les gens ce qui me rendait plus pathétique que je le suis et je le haïssait pour ca .
  • Nous allons partir dans 10minute, travaille bien !ajouta Sophie
  • D’accort faites attention, et ne vous amusez pas trop !ironisa t il d’ un regard rieur , et d’un sourire malicieux en me tapant dans le dos. Peut être qu’ il insinuer de prendre des initiatives , en tendant la main a Sophie , en prenant les rênes pour une fois comme tout homme allait le faire dans ma situation , elle était loin d’être moche , peut être que je dois saisir cette opportunité qui s’offre a moi , de cet amour qui vient de lui-même , malgré mes réticences personnelles et principes fondés sur des idéaux que la société m’ obligeait a respecter ,la voie du gentlemen me parait étrange et dépasse , il ne faut juste aimer la femme a qui nous sommes ce serait inutile de se voiler la face en recherchant le grand amour alors qu’ on pourrait le trouver en la personne qui nous est plus dévouée , je parle bien sur de celle qui reste dans l’ombre espérant qu’ un jour elle sera remarquer.
  • Tu as fini ?me demanda t elle
  • Oui , nous pouvons partir .répondis je .Aussitôt nous nous levâmes , nous avions termine, d’un signe de la main , on salua Samuel qui était a l’autre bout de la pièce servant des client , et nous somme sortis .
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article